Une première en France à la faculté de Nancy

Pharmacie et médecine font thèse commune  Abonné

Publié le 12/01/2015
Pour la première fois en France, une étudiante en pharmacie et une interne en médecine générale ont passé ensemble, à Nancy, devant un double jury issu des deux facultés, une thèse identique sur le même sujet… consacrée justement à la coopération entre les médecins et les pharmaciens dans le cadre d’un programme régional d’éducation thérapeutique.

LANCÉ EN 2013 par les unions régionales des professions de santé « médecins » et « pharmaciens » de Lorraine, le projet « SIOUX » (voir encadré) incite 40 patients par an, essentiellement des femmes ménopausées, à suivre, pendant trois ans, un traitement préventif de l’ostéoporose, avec un suivi régulier mené en coopération entre les médecins libéraux et les pharmaciens d’officine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte