Exofictions (Einstein, Indira Gandhi, Gagarine...)

Petits arrangements avec le réel  Abonné

Par
Martine Freneuil -
Publié le 16/04/2018
Entre fictions et biographies, les exofictions vont bon train, avec des inventions commodes pour combler des lacunes ou, pourquoi pas, une réécriture de l’histoire quasi-totale.
L1-J'ai perdu Albert

L1-J'ai perdu Albert

L5-Il y a longtemps

L5-Il y a longtemps

L6- La Femme murée

L6- La Femme murée

L3- Indu Boy

L3- Indu Boy

L4- L'Etoile russe

L4- L'Etoile russe

L2-La Vérité

L2-La Vérité

Conteur inspiré à qui l’on doit plus de 30 romans souvent primés (dont « Un aller simple », Goncourt 1994), Didier Van Cauwelaert a inventé une nouvelle forme de triangle amoureux, dont la pierre angulaire n’est autre qu’Einstein. « J’ai perdu Albert » (1) est le cri de détresse de la voyante la plus écoutée d’Europe lorsque l’esprit d’Albert Einstein, qu’elle abrite depuis l’enfance, déménage dans le corps d’un apiculteur, devenu garçon de café pour sauver ses abeilles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte