Hollande muni de tous les pouvoirs

Pas de droit à l’erreur  Abonné

Publié le 21/06/2012
Avec un total gauche de 343 sièges (contre un total droite de 229), François Hollande est dans une position enviable : les élections législatives achèvent en effet la conquête par le parti socialiste de toutes les Assemblées, municipalités, départements, régions, chambres haute et basse. Le président se réjouit de son destin exceptionnel et de l’exploit qu’il a accompli. Il n’ignore pas, pour autant, que la politique qu’il va engager relèvera de sa seule responsabilité.
François Hollande avec le président mexicain Felipe Calderon

François Hollande avec le président mexicain Felipe Calderon
Crédit photo : AFP

LA CRITIQUE est venue de l’étranger. Au Mexique où était réuni le G20, le Premier ministre britannique, David Cameron, contrairement aux usages diplomatiques, a reproché au président français sa taxe à 75 % sur la tranche de revenus supérieure à un million d’euros et invité nos compatriotes désireux d’entreprendre à s’installer au Royaume-Uni. M. Hollande en a conçu du ressentiment, mais on commence à comprendre sa méthode pour étouffer l’impact des événements embarrassants : il en parle le moins possible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte