Des chercheurs ont remonté le temps

Parkinson précoce, des anomalies dès la naissance  Abonné

Publié le 27/02/2020
Les personnes développant une maladie de Parkinson précoce (avant 50 ans), sans mutation connue, pourraient présenter une altération des neurones dopaminergiques dès le début de la vie, selon une étude sur des cellules souches pluripotentes induites. L’étude dévoile une signature précoce de la maladie, ce qui ouvre la voie à une potentielle thérapie.

« La maladie de Parkinson (MP) à début précoce est particulièrement déchirante car elle frappe les personnes dans la fleur de l’âge. Cette recherche fascinante offre l’espoir qu’un jour nous pourrons détecter et prendre des mesures précoces pour prévenir cette maladie chez les personnes à risque », explique la neurologue Michèle Tagliati, du Centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles, qui co-signe l’étude publiée dans « Nature Medicine ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte