L’Ordre des pharmaciens italiens réclame une réforme

Ouvrir une officine en Italie : un travail de Romain  Abonné

Publié le 08/03/2010
Depuis plusieurs mois, la FOFI, la fédération de l’Ordre des pharmaciens italiens, s’interroge. Faut-il améliorer le dispositif concernant les conditions d’ouverture d’une officine ou carrément le réécrire ? Le fait est que le dispositif est devenu obsolète.

POUR OUVRIR une officine de l’autre coté des Alpes, les pharmaciens doivent passer deux épreuves. Ils doivent d’abord se présenter devant une commission chargée d’évaluer leurs parcours universitaire et professionnel. Puis répondre par écrit à une série de quiz portant sur trois matières : pharmacopée, technique et chimie pharmaceutiques, législation pharmaceutique. Pour passer le cap de la sélection, qui a lieu tous les quatre ans, les candidats doivent totaliser 75 bonnes réponses. « Les examinateurs tirent au sort 100 quiz sur un total de 3 000 quiz.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte