Hausse de la rétrocession

Optipharm pointe les laboratoires  Abonné

Publié le 23/02/2012

DANS le collimateur des pouvoirs publics, le phénomène des rétrocessions de médicaments en officine s’est « malheureusement amplifié par le comportement déloyal de certains laboratoires, affirme Michel Quatressous, président du groupement Optipharm. Ceux-ci ne respectent pas les règles commerciales définies par la loi car ils refusent de travailler avec les groupements structurés, tel le nôtre ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte