Nouveaux anticoagulants oraux : respecter strictement le cadre de l’AMM

Par
Didier Doukhan -
Publié le 28/11/2013

L’ANSM* rappelle dans un communiqué les bonnes pratiques d’utilisation et les recommandations attachées à la prescription des nouveaux anticoagulants oraux (NACO). Commercialisés depuis 5 ans, ces médicaments (Pradaxa, Xarelto et Eliquis) font déjà l’objet d’un suivi de leur sécurité d’emploi en France. Car si les traitements anticoagulants par AVK nécessitent une surveillance régulière de l’activité coagulante et bénéficient de l’existence d’un antidote en cas de surdosage, cela n’est pas le cas avec les NACO. Problème, car selon l’ANSM et l’Assurance-maladie, les prescriptions, pas toujours à bon escient de ces molécules, se sont envolées. Dans ce contexte, l’ANSM rappelle que « la surveillance de ces produits ne remet pas en cause le rapport bénéfice risque de ces spécialités ». Elle insiste également sur « les précautions à suivre lors de la mise en place d’un traitement par NACO afin de limiter les risques hémorragiques ». Celles-ci doivent être strictement respectées, en particulier chez le sujet âgé, chez l’insuffisant rénal ou chez le sujet bénéficiant de certaines coprescriptions (AINS et antiagrégants plaquettaires).

* Agence nationale de sécurité des médicaments

Source : lequotidiendupharmacien.fr