HUMEUR

Nos enfants  Abonné

Publié le 22/03/2012

Ce n’est pas la première fois, ni, hélas, la dernière, qu’un acte de barbarie est commis en France. Mais, cette fois, tout le pays est plongé dans la douleur, parce qu’on s’est attaqué à des enfants dans leur sanctuaire, l’école qui, à elle seule, dit tout de ce que nous sommes : l’effort du petit d’homme, l’espoir de la jeunesse, le culte de l’avenir. Tout à coup, le climat de la campagne, sombre et porteur d’orages, s’est dissipé pour laisser la place au chagrin, certes, mais aussi à l’esprit de résistance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte