Un entretien avec le président sortant

Nicolas Sarkozy : « Des rôles élargis pour les pharmaciens »  Abonné

Publié le 26/03/2012
Dans l’entretien qu’il a accordé au « Quotidien », le candidat sortant défend son bilan à la présidence de la République et entend s’inscrire dans la continuité de sa politique de santé. Il souhaite renforcer la place du pharmacien dans le système de soins, notamment dans l’éducation thérapeutique et le bon usage du médicament. Pour pallier la désertification médicale, il mise sur les dispositifs incitatifs pour les médecins et sur les maisons de santé. Et pour rétablir les comptes de la Sécurité sociale, il veut améliorer l’organisation du système de soin en encourageant le suivi des patients chroniques et la formation à une juste prescription.
" Le premier objectif de la politique du médicament, c’est la sécurité des Français »

" Le premier objectif de la politique du médicament, c’est la sécurité des Français »
Crédit photo : S TOUBON

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quelle doit être, selon, vous, la place du pharmacien dans le système de santé français ?

NICOLAS SARKOZY.- J’ai voulu donner au pharmacien toute sa place. Il est un contact quotidien, souvent le premier contact, avec le patient. Sa place est indiscutable dans le système et le parcours de soins et son rôle est primordial dans la lutte contre les inégalités de santé. Ce n’est pas un intermédiaire, c’est un acteur du système. Il écoute, il informe, il accompagne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte