Sa petite officine résiste à la désertification rurale

Nicolas Jolly, sous le signe de la gentiane  Abonné

Publié le 22/03/2012
Dans les monts cantaliens, une petite officine résiste à la désertification médicale et surtout à une baisse démographique. Entre commerce de proximité et service public, elle reste un élément indispensable de la vie rurale pour le plus grand bien de ses habitants.
Ce titulaire dans un village de 500 habitants a dû s’adapter pour survivre

Ce titulaire dans un village de 500 habitants a dû s’adapter pour survivre
Crédit photo : dr

MILLE MÈTRES d’altitude, un environnement montagneux préservé de toute pollution, des vaches Salers en robe rouge paissant paisiblement, et des fleurs de gentiane poussant sur tous les chemins. Nous sommes à Trizac, village typique du Cantal Nord, abritant cinq cents âmes, au centre duquel est implantée la pharmacie de Nicolas Jolly, 44 ans, diplômé de la faculté de Reims, installé depuis 2001. Entre Mauriac, Riom ès Montagne, et le col du Puy Marie, la bourgade est peuplée d’agriculteurs-éleveurs et de retraités.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte