Un médicament sur dix est concerné

Ne pas rompre la chaîne du froid  Abonné

Publié le 01/07/2013
Du bon respect de la chaîne du froid dépend l’intégrité de nombreux traitements. Dans ce réseau de responsabilités, chaque acteur est impliqué au même titre, car si l’un vient à faillir, c’est tout l’ensemble qui devient inopérant. Dernier maillon dans cette organisation, l’officine a le double devoir de sécuriser les produits et de sensibiliser la clientèle au respect de leur conservation.
HOPITAL DE VILLEFRANCHE SUR SAONE PHARMACIE MEDICAMENTS

HOPITAL DE VILLEFRANCHE SUR SAONE PHARMACIE MEDICAMENTS
Crédit photo : S TOUBON

CERTAINS produits de santé nécessitent des conditions de stockage particulières pour conserver toutes leurs propriétés. Vaccins, insuline, désensibilisants relevant de l’allergologie, anticancéreux injectables, traitements pour chimiothérapie par intraveineuse, mais aussi EPO et facteurs de coagulation, soit environ 10 % des médicaments qui doivent être maintenus dans une fourchette de températures comprise entre +2 °C et +8 °C. En deçà et au-delà de ces valeurs, les molécules sont détruites, rendant le traitement inopérant ou même dangereux pour la santé du patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte