Nalméfène : prescription possible par le généraliste… mais non remboursée

Publié le 20/02/2014

Le nalméfène (Selincro, des Laboratoires Lundbeck) a obtenu une AMM européenne en tant que médicament d’aide au sevrage alcoolique. En France, la Commission de la Transparence a proposé que ce médicament soit remboursé à 30 %, mais en restreignant cette prise en charge aux seuls médecins spécialisés en addictologie ou alcoologie, pendant la première année de commercialisation. Ainsi, le généraliste peut prescrire le nalméfène, mais sans qu’il puisse être remboursé. Une limitation que déplore la Société française d’alcoologie (SFA), qui considère que cette limitation du remboursement est « mal justifiée et contre productive ». Pour la société savante, cette décision envoie un message démobilisateur aux médecins généralistes, alors que la prise en charge thérapeutique des patients alcooliques est loin d’être suffisante : moins de 10 % d’entre eux bénéficient d’un traitement chaque année en France. La SFA demande à la Haute Autorité de santé « d’envisager d’ouvrir d’emblée la prise en charge d’emblée de ce nouveau médicament à l’ensemble des médecins, notamment aux médecins de soins primaires ».


Source : lequotidiendupharmacien.fr