Le paradoxe du duel

Mort et vif  Abonné

Publié le 21/02/2010

VOUS AVEZ VU la scène cent fois. Deux cow-boys face à face, à dix pas l’un de l’autre. Les deux regards qui se croisent, leur main survolant la crosse des revolvers, et le temps suspendu dans une interminable attente. « Pan ! Pan ! » font les armes, et le corps du perdant roule dans la poussière. C’est à cette double détonation que se sont intéressés les chercheurs de la Royal Society de Birmingham. L’équipe du Pr Welchman a ainsi réalisé une série de simulations de duels et mesuré le délai de l’« action/réaction » contenue dans l’échange de tirs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte