Art - À Giverny et à Paris

Monet, les « Nymphéas », le japonisme et l’abstraction  Abonné

Par
Caroline Chaine -
Publié le 30/04/2018
Tandis que le musée des Impressionnismes de Giverny explore l’influence du japonisme sur les impressionnistes et néo-impressionnistes (1), le musée de l’Orangerie, à Paris, célèbre le centenaire des « Nymphéas » en montrant leur résonance avec l’expressionnisme abstrait américain (2).
Monet

Monet
Crédit photo : RMN-GP (MUSÉE D'ORSAY)/A. DIDIERJEAN

Art-Guston

Art-Guston
Crédit photo : THE ESTATE OF PHILIP GUSTON/HAUSER & NIRTH

Monet a été l’un des premiers à être séduit par l’art du Japon lorsque le pays s’est ouvert à l’Occident en 1868. Avec ses couleurs vives, ses aplats, ses effets de perspective, pour représenter la nature et la vie contemporaine, le japonisme, avant de se retrouver dans les arts décoratifs, est dans les peintures, avec des geishas (Whistler) entourées de paravents, avec leurs ombrelles et éventails qui deviendront même un support pictural pour Degas et Pissarro.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte