L’Europe doit surmonter ses divisions

Migrants : de l’émotion à la raison  Abonné

Publié le 07/09/2015
On s’interrogera longtemps sur le pouvoir d’une photo, celle de l’enfant syrien mort noyé dans les eaux turques, qui a littéralement retourné l’opinion européenne et l’a rendue plus favorable à l’immigration. Pourtant, des centaines de noyades ont eu lieu auparavant et la nécessité de venir en aide aux malheureux immigrants clandestins est martelée par nombre de dirigeants depuis de nombreux mois.

La compassion pour les migrants n’est d’ailleurs partagée par tout le monde, à commencer par au moins trois pays de l’Union européenne, la Pologne, la République tchèque et la Hongrie (mais ils ne sont pas les seuls), qui refusent le principe la répartition des migrants par quotas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte