Médicaments non remboursables : le monopole en question

Publié le 10/07/2013

« Faut-il autoriser de nouveaux circuits de distribution pour les médicaments non remboursables ? » C’est l’une des nombreuses questions que pose l’Autorité de la concurrence, qui publie aujourd’hui une première évaluation issue de son enquête sectorielle sur le médicament. Alors que l’enquête se poursuit, l’instance fait le choix de soumettre ce document à la consultation publique. « Nous avons voulu scruter le fonctionnement concurrentiel, du laboratoire jusqu’à la pharmacie d’officine, pour voir quels sont, à chaque étape de la formation du prix, les obstacles éventuels à une bonne concurrence », explique Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence. Constatant des écarts de prix de 1 à 4 d’une officine à l’autre pour les médicaments non remboursés, l’instance cherche à en comprendre les raisons et se demande s’il est envisageable de guider des « stratégies tarifaires » tout en respectant le droit à la concurrence. C’est en cherchant à favoriser le patient « en termes de prix et d’information », que l’Autorité s’interroge sur une autorisation partielle de vente hors pharmacie. « Le Conseil de la concurrence a brisé le monopole de la parapharmacie à l’époque. La question se pose pour le médicament non remboursé, nous n’avons pas la réponse mais nous posons la question. »

Quotipharm.com, le 10/07/2013

Source : lequotidiendupharmacien.fr