Livres

Médecins et malades sur le devant/divan  Abonné

Publié le 27/02/2014
Des auteurs évoquent le corps malade, le leur ou celui d’un proche : Jacques A. Bertrand, Tahar Ben Jelloun, Maylis de Kerangal. D’autres représentent la maladie mentale : Anna Enquist, Arnhild Lauveng. Certains rendent hommage à l’aventure « thérapeutique ».

« COMMENT j’ai mangé mon estomac » (1) fait suite à la vingtaine de courts et délicieux romans que Jacques A. Bertrand a publiés depuis « Tristesse de la Balance et autres signes » en 1983. Le sujet de celui-ci est douloureux mais reste un récit léger, plein d’humour et d’amour, une leçon d’élégance et de pudeur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte