Médecin et serial killer  Abonné

Publié le 30/06/2011

« Le Diable dans la ville blanche » est un document, mais sa construction et le suspense entretenu font qu’il se lit un peu comme un thriller. On a, grâce à Erik Larson et à son travail de journaliste, deux récits pour le prix d’un : celui de la mise en œuvre de l’Exposition universelle de Chicago, en 1893, et celui de la vie d’un jeune médecin apparemment bien sous tous rapports, en réalité l’un des tueurs en série les plus terrifiants de l’histoire du crime.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte