HUMEUR

Marronnier  Abonné

Publié le 09/02/2012

Moi, je fais ce qu’on me dit : non sans masochisme, j’éteins tous mes appareils entre 18 et 20 heures, je déneige le seuil de ma porte, je m’abstiens d’utiliser ma voiture. Je m’attends au pire, moins parce qu’il fait froid qu’à cause de ce que les médias en disent. En langage journalistique, le froid est un « marronnier », un sujet de saison en quelque sorte, Le froid, la chaleur, le temps, la circulation, la bêtise bureaucratique, l’amour sont des marronniers. Des sujets cycliques qui, pensent les journalistes, intéressent toujours et tout le monde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte