Nouveau plan de libéralisations en Italie

Mario Monti s’attaque de nouveau aux pharmacies  Abonné

Publié le 16/01/2012
Après avoir fait marche arrière en décembre dernier, le gouvernement italien revient sur ses pas : le décret sur les libéralisations, qui concerne notamment les pharmacies, devrait être adopté cette semaine. Au menu : l’augmentation du nombre d’officines et la libéralisation de la vente des médicaments sans vignette mais vendus sur ordonnance.
Le chef du gouvernement italien veut ouvrir le secteur de la pharmacie à la concurrence

Le chef du gouvernement italien veut ouvrir le secteur de la pharmacie à la concurrence
Crédit photo : AFP

UNE OPÉRATION indispensable, selon le président du Conseil italien, Mario Monti, pour relancer les moteurs de la croissance. « Ce n’est pas en déplaçant la vente du médicament vers la grande distribution que le PIB va augmenter. Il s’agira au grand maximum d’une redistribution », rétorque Andrea Mandelli, président de la fédération des Ordres des pharmaciens italiens (FOFI). Pour lui, ces décisions ne sont pas « des libéralisations mais une opération montée à bon escient pour renforcer les grands pouvoirs ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte