PRESIDENTIELLE 2012 - Un entretien avec la présidente du Front national

Marine Le Pen : pour une délivrance à l’unité  Abonné

Publié le 15/03/2012
Après François Bayrou (notre précédente édition), c’est au tour de Marine Le Pen de répondre aux questions du « Quotidien ». La présidente du Front national défend la rémunération à l’honoraire et explique son projet de délivrance unitaire du médicament. Elle se déclare favorable à la suppression des conditionnements trimestriels et à la limitation des remises sur les génériques. Face aux déserts médicaux, elle souhaite étendre le dispositif de pharmacien correspondant.
" La rémunération actuelle des pharmaciens ne convient plus »

" La rémunération actuelle des pharmaciens ne convient plus »
Crédit photo : AFP

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Quelle doit être, selon vous, la place du pharmacien dans le système de santé français ?

MARINE LE PEN. - De par sa disponibilité avec ses grandes amplitudes d’horaires d’ouverture et la tenue des gardes, sa proximité avec le maillage territorial serré assuré par les 22 416 pharmacies, le pharmacien assure sa mission fondamentale : dispenser les médicaments et, à ce titre, analyser et contrôler les ordonnances tout en apportant un conseil approprié au patient. Mais il assure bien plus que cela.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte