Humeur

Ma caissière préférée  Abonné

Publié le 04/12/2014

J’éprouve pour tous les métiers le plus profond respect. À ce jugement général, j’apporterai une nuance pour les caissières de supermarché. Elles ont droit à tous les égards, mais je les crois enclines à la cyclothymie. Elles peuvent être bavardes comme des pies ou silencieuses comme les aspirateurs nouvelle génération, d’une amabilité extravertie ou au contraire d’une froideur d’iceberg, concentrées ou lancées dans un verbiage interminable qui les éloigne de leur tâche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte