L’USPO se démarque des autres syndicats

Publié le 07/07/2010

L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) n’a pas encore décidé si elle s’engageait dans une grève des gardes et des urgences, comme le proposait lundi, l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF). Déçu d’apprendre que son président, Claude Japhet, s’etait joint à la conférence de presse de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) une heure avant sa propre conférence ce mercredi, le président délégué de l’USPO, Gilles Bonnefond, s’est dit étonné de n’avoir pas été convié. « Ils viennent de signer la division syndicale, ils font une partie à deux contre un », alors même que « l’intérêt de la profession est en jeu ». Une réunion entre les trois syndicats devrait toutefois avoir lieu ce jeudi matin sur le sujet. Quoi qu’il en soit, l’USPO compte réagir. Parmi les actions proposées par le syndicat, le désengagement des paiements électroniques est fortement préconisé pendant tout l’été. « On arrête le mode de prélèvement automatique pour revenir au bon vieux chèque qui apporte souplesse et latitude face aux fournisseurs », explique Gilles Bonnefond. Il invite également les officinaux à conserver les grands conditionnements ramenés à l’officine pour être traités par la filière Cyclamed, en vue d’une action symbolique qui pourrait se dérouler au dernier trimestre de l’année. L’USPO appelle enfin les confrères à prendre leur « bâton de pèlerin pour faire connaître la situation économique de l’officine aux élus locaux ».

Quotipharm.com, le 07/07/2010

Source : lequotidiendupharmacien.fr