HUMEUR

Lui et moi  Abonné

Publié le 13/12/2012

Moi, si on attaquait ma femme dans un livre fait de rumeurs invérifiables ou d’allusions perverses et, si elle portait plainte, je l’approuverai. Et, oui, j’écrirai au tribunal de grande instance pour dire au juge tout le mal que je pense de l’ouvrage. Mais moi, je ne suis pas président de la République. Je n’ai pas fait de l’indépendance des pouvoirs, notamment le judiciaire, l’une de mes promesses électorales les plus vibrantes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte