L'officine est un lieu de prévention  Abonné

Par
Didier Rodde -
Publié le 27/05/2019
Le Président du Conseil régional Ile-de-France de l’Ordre des pharmaciens, Martial Fraysse, nous dit pourquoi et comment, selon lui, le pharmacien peut s’impliquer dans le dépistage et la prévention des IST.

Le Quotidien du pharmacien .- Dans quel contexte l’officinal peut-il s’impliquer dans le dépistage et la prévention des IST ?

Martial Fraysse. - Les occasions ne manquent pas. J’en vois trois principales : la délivrance de la pilule du lendemain, celle des autotests VIH et la vente des préservatifs. L’officinal doit avoir toujours présent à l’esprit qu’il exerce dans un lieu de prévention et qu’il est un acteur de santé.

Quels sont les freins que vous identifiez ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte