Grâce à la peinture

Lionel Laroque se crée son propre monde  Abonné

Publié le 08/12/2011
Ce préparateur travaillant à Albi, dans le Tarn, déploie depuis plus de vingt ans son art de la peinture en utilisant alternativement huile et acrylique. Rencontre.
Ce préparateur ne vit pas de sa peinture, mais il expose volontiers ses toiles

Ce préparateur ne vit pas de sa peinture, mais il expose volontiers ses toiles
Crédit photo : dr

CE SONT deux mondes parallèles qui, par conséquent, ne peuvent pas se rencontrer. Ces deux mondes sont ceux de Lionel Laroque, préparateur à la fondation Bon Sauveur d’Alby, à Albi, mais aussi peintre à ses heures. Le médicament et l’art n’ont décidément rien à voir l’un avec l’autre, le premier est fruit de connaissances et de rigueur, le second de l’inspiration et d’un savoir-faire qui s’est construit au fil des ans. « Je ne sais pas l’expliquer, ce goût pour la peinture m’est venu tout seul », affirme-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte