France-Inter licencie deux humoristes

Libertés : le combat de trop ?  Abonné

Publié le 28/06/2010
Deux humoristes célèbres, Stéphane Guillon et Didier Porte, ont été licenciés par la direction de France-Inter. Au nom de la liberté d’expression, la presse se dresse contre une décision qu’elle attribue, à tort ou à raison, à l’influence du pouvoir. La vérité est beaucoup moins simple.
Stéphane Guillon

Stéphane Guillon
Crédit photo : AFP

Didier Porte

Didier Porte
Crédit photo : AFP

LA PUISSANCE du politiquement correct n’a pas besoin d’être soulignée. Le chroniqueur qui ne s’esclaffe pas en écoutant Stéphane Guillon ou qui éprouve de la gêne quand Didier Porte déverse son flot d’injures n’est pas vraiment de ce monde. La plupart de ceux qui, parmi nous, ont besoin d’un humour plus subtil pour sourire et ne croient pas que, plus c’est gros, plus c’est efficace, préféraient, jusqu’à présent, laisser faire et entendre une autre radio. L’annonce du licenciement de MM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte