Ces malades qui refusent le dossier pharmaceutique

À l’hôpital, les patients VIH sont les plus réticents  Abonné

Publié le 26/04/2011
L’expérimentation ville-hôpital du dossier pharmaceutique (DP) a pris fin en mars. Une enquête évaluant ses usages et son impact sur le terrain, menée pendant quatre mois par l’Ordre des pharmaciens*, éclaire sur les raisons des refus d’ouverture de DP à l’hôpital.
A l’hôpital, les refus enregistrés sont plus souvent définitifs qu’en ville

A l’hôpital, les refus enregistrés sont plus souvent définitifs qu’en ville
Crédit photo : S. toubon

NUL NE LE CONTESTE aujourd’hui, le dossier pharmaceutique est un succès. En seulement quelques années, l’outil professionnel a fait les preuves de son efficacité et de sa fiabilité (voir ci-dessous). À tel point que les médecins, qui voient à peine arriver le très attendu dossier médical personnel (DMP), reconnaissent jusqu’à l’envie la réussite du dispositif mis au point par les potards. Pourtant, le DP, déjà à l’aise en ville, doit encore investir l’hôpital pour atteindre une efficacité sans faille dans sa quête aux interactions et autres redondances.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte