De la crise portugaise à la guerre en Libye

L’Europe s’en sort toujours  Abonné

Publié le 28/03/2011
Au sommet de Bruxelles, on pouvait craindre le pire au sujet des deux grands dossiers : la crise financière portugaise et la guerre civile en Libye. Les Vingt-sept, sans trop de panache, mais avec pragmatisme, ont su déminer deux problèmes qui menaçaient de les diviser.

PRENEZ l’affaire portugaise : un pays dont les déboires financiers s’ajoutent à eux de la Grèce, de l’Espagne et de l’Irlande ; une question, la capacité d’une nation à se serrer la ceinture, qui a failli inciter les Allemands à claquer la porte ; une crise financière européenne pour laquelle des décisions draconiennes ont déjà été prises et des financements, à hauteur de 750 milliards d’euros, déjà engagés. Les menaces de faillite nationales sont si fréquentes que la mention « L’euro menacé » qui barrait les écrans de télévision jeudi dernier relevait du plus haut comique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte