Régénérer un organe grâce à l’électricité

Les yeux plus gros que le ventre  Abonné

Publié le 30/01/2012

LES PHYSIOLOGISTES pensaient jusqu’alors que seuls les neurones et les fibres musculaires étaient amis de l’électricité. La découverte du biologiste américain Michael Levin, de l’université de Tufts, à Medford, Massachusetts, montre que d’autres cellules et d’autres organes témoignent, durant leur croissance, du rôle déterminant du potentiel électrique local. Une expérience étonnante menée sur le xénope du Cap (grenouille très utilisée en laboratoire) a permis de faire croître à l’intérieur même de l’abdomen de l’amphibien un œil fonctionnel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte