Les traitements contre l’arthrose bientôt déremboursés ?

Par
Charlotte Demarti -
Publié le 13/10/2014

« Les antiarthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL, à savoir les glucosamines, la diacéréine, la chondroïtine sulfate, les insaponifiables d’huile d’avocat et de soja), dont le Service Médical Rendu a été jugé insuffisant début 2013, devraient être déremboursés d’ici 15 jours, avec une mise en application au 1er décembre », annonce le Dr Laurent Grange, le président de l’Association française de lutte antirhumatismale (AFLAR), à l’issue d’une réunion avec un conseiller du ministre de la Santé. « Les médicaments et produits de viscosupplémentation, qui sont en cours de réévaluation, devraient également suivre le même sort », s’alarme Laurent Grange. L’AFLAR ne peut que regretter la tournure des choses et s’inquiète des conséquences possibles de ce déremboursement : « plusieurs signaux nous font craindre un transfert vers la prescription de séances de kinésithérapie, mais aussi de paracétamol et d’AINS, ces molécules n’étant pas dénuées de toxicité », affirme le président de l’association en se fondant sur les réponses de patients interrogés sur l’attitude qu’ils adopteraient en cas de déremboursement. « De plus, ce report des prescriptions entraînera un surcoût pour l’assurance-maladie », poursuit Laurent Grange. Si la bataille semble perdue, « l’AFLAR s’engage à suivre ce déremboursement au plus près et à communiquer régulièrement sur le surcoût humain (complications, décès) et financier qu’il aura provoqué ».


Source : lequotidiendupharmacien.fr