HUMEUR

Les temps changent  Abonné

Publié le 21/01/2010

Tout le monde en veut à Sarkozy parce qu’il n’a cessé de changer les règles. Et pourtant il n’a que des émules, même à gauche. Prenez l’ouverture. Ségolène Royal, qui a raflé cinq membres du Modem à la veille des élections régionales, n’est qu’une pâle imitatrice du président. Dans son cas, l’ouverture, dit le MoDem, c’est du débauchage. Prenez les remontrances que le chef de l’État ne cesse de faire à la presse. Elles sont bien timides par rapport à ce que fait Vincent Peillon, qui refuse à la dernière minute de se rendre à une émission et réclame le départ d’Arlette Chabot.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte