Dispensation à l’unité

Les réserves de l’Ordre  Abonné

Publié le 21/11/2013
PHARMAGORA 2011 PORTE DE VERSAILLES ISABELLE ADENOT

PHARMAGORA 2011 PORTE DE VERSAILLES ISABELLE ADENOT
Crédit photo : S TOUBON

LE PROJET de dispensation à l’unité ne fait toujours pas l’unanimité. Cette fois, c’est la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens qui monte au créneau. Dans l’éditorial du « Journal de l’Ordre » de novembre, Isabelle Adenot explique qu’« apprendre par les médias, sans concertation préalable, le devenir de sa profession est, le mot est faible, désagréable ». Certes dans certains pays les pharmaciens dispensent à l’unité, mais ils sont organisés pour cela, souligne-t-elle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte