Projet de décret sur les ruptures d’approvisionnement

Les répartiteurs craignent pour l’avenir de la distribution  Abonné

Publié le 26/03/2012
La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique s’insurge contre le projet de décret d’application de la loi médicament, censé résoudre le problème des ruptures d’approvisionnement. Pour elle, ce texte ne résout rien et risque de « donner la main aux laboratoires sur le pilotage du système de distribution du médicament ».

« LE PROJET de décret sur les ruptures d’approvisionnement ne va pas du tout dans le bon sens. Nous y sommes extrêmement hostiles », déclare Emmanuel Déchin, secrétaire général de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP). Le syndicat s’oppose notamment à l’article 10 du texte, qui prévoit la possibilité pour les laboratoires de mettre en place des centres d’appels en cas de rupture de stock supérieure ou égale à 72 heures chez le répartiteur. « Le grossiste-répartiteur ne peut pas livrer s’il n’a pas le produit.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte