Les règles d’or de l’utilisation de la morphine  Abonné

Publié le 09/02/2017

Privilégier la voie orale sauf si polymédication, trouble de la déglutition, malabsorption digestive, subocclusion ou occlusion chronique, nausée et vomissements non contrôlés, trouble de la conscience gênant la prise de morphine par voie orale.

Administrer la morphine à intervalles réguliers.

Rechercher la posologie minimale efficace.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte