Les propositions en pratique  Abonné

Publié le 14/04/2016
Être autorisé à mutualiser leurs moyens de communication, à assurer la promotion de l’officine et à prendre en considération les évolutions technologiques, telles sont les revendications phare des groupements en matière de communication.

Federgy propose notamment de compléter l’art R4235-3 du Code de déontologie en stipulant que la mutualisation de moyens en vue d’améliorer leur mission d’information et d’éducation du public n’est pas incompatible avec l’indépendance du professionnel dans l’exercice de ces fonctions. De plus, cette mutualisation de moyens par le biais de mandats pour une communication et une information de qualité ne devra pas être considérée comme du compérage (art R4235-27).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte