Le jardinage comme acte de soins

Les promesses de la « jardinothérapie »  Abonné

Publié le 04/04/2011
Qui se trouve détendu après une heure passée à « gratter » la terre a expérimenté ce qui fonde l’essence de l’hortithérapie, une discipline invitant à considérer le jardin comme un médium d’appropriation physique, psychique, mentale, émotionnelle, sensorielle - voire spirituelle - de l’environnement.

AYANT acquis ses lettres de noblesse aux États-Unis et en Angleterre dès le XIXe siècle, l’hortithérapie fait du jardin le théâtre d’une pratique de soin aux compétences multiples. La discipline promet en effet de renforcer les habiletés physiques et la résistance à la fatigue, de stimuler les facultés cognitives, de renforcer l’amour-propre du patient vis-à-vis de son propre travail.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte