La contre-attaque des officinaux

Les pharmaciens sont moins chers que Leclerc  Abonné

Publié le 31/01/2011
L’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) relance une grande campagne de communication en réponse à celle que mènent actuellement les centres Leclerc pour obtenir le droit de vendre des médicaments sans ordonnance. Étude à l’appui, la campagne montre que Leclerc n’est pas le moins cher et explique pourquoi les médicaments doivent être vendus en pharmacie, par des officinaux.

IMPOSSIBLE de ne pas réagir. Comme pour la première campagne des hypermarchés Leclerc réclamant le droit de vendre des médicaments sans ordonnance, l’Union des groupements de pharmaciens d’officine, Univers Pharmacie, Global Pharmacie et Direct Labo n’ont pu rester cois face à la nouvelle tentative du « bélier de la grande distribution ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte