Dans un marché du MAD décomplexé

Les pharmaciens ont les moyens de défendre leur place  Abonné

Publié le 11/03/2013
Au sein du marché hors monopole du maintien à domicile (MAD), les pharmaciens doivent faire face à une concurrence sans limite de la part d’acteurs parfois éloignés de la sphère de la santé. Pourtant, l’officine reste l’interlocuteur privilégié pour ce type de prestations. Ce que la loi HPST et les nouvelles missions du pharmacien viennent encore confirmer. Un secteur où il fait bon s’impliquer alors que le MAD est en plein développement.
Le marché du MAD affiche une progression moyenne de 8 à 9 %

Le marché du MAD affiche une progression moyenne de 8 à 9 %
Crédit photo : S TOUBON

À l’officine, l’activité MAD réclame une bonne formation préalable

À l’officine, l’activité MAD réclame une bonne formation préalable
Crédit photo : dr

VIEILLISSEMENT de la population et espérance de vie en augmentation constante, évolution des pathologies et de la façon d’aborder la dépendance, tout concourt au développement du MAD, ou maintien à domicile. Les Français souhaitent rester chez eux le plus longtemps possible et privilégient donc les courts séjours hospitaliers pour des retours à domicile les plus précoces possible. Les raisons sont également financières, l’hospitalisation ayant un coût plus élevé que la prise en charge à domicile. Or, le pharmacien est l’interlocuteur idéal dans le maintien à domicile.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte