Résignés ou en colère

Les pharmaciens italiens au bord de la crise de nerf  Abonné

Publié le 04/07/2011
De l’autre coté des Alpes, la vie des pharmaciens n’est pas un long fleuve tranquille. Et de Livourne à Turin, de Rome à Naples, c’est toujours la même phrase : « c’en est assez ! ». Les maux de tête des pharmaciens italiens s’appellent contrat de travail, réduction des prix des génériques, marge insuffisante, conditions de travail difficiles. Et pourtant, la plupart d’entre eux refusent de jeter l’éponge.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Crédit photo : dr

ROSA CANALE, pharmacienne d’une soixantaine d’années, est installée dans le centre de Rome, à quelques minutes à pied du Parlement. Un quartier touristique, habité en temps normal par une population aisée et parfois âgée. Et pourtant, Rosa Canale a du mal à boucler ses fins de mois. « Sous couvert d’aligner les prix des génériques vendus en Italie sur la moyenne européenne, le ministère de la Santé a taillé dans le vif. Résultat : - 40 % sur les étiquettes », explique Rosa Canale. Une mesure d’autant plus inacceptable qu’elle réduit le pouvoir d’investissement des pharmaciens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte