Les pharmaciens contre-attaquent

Publié le 12/03/2013

Après la campagne de Leclerc lancée mi-février, réclamant le droit de vendre des médicaments en grande surface, trois opérations d’information internes à la profession ont vu le jour. Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) s’apprête à envoyer un kit complet (affiches, remis patients, vidéo) aux 23 000 officines françaises, pour « ouvrir le dialogue avec les patients » et expliquer que « le pharmacien est un professionnel de santé », « la pharmacie n’est pas un commerce comme les autres » et « le médicament n’est pas un produit comme les autres ». L’Ordre interpelle patients et pharmaciens : « Gardons les pieds sur terre ! Être docteur en pharmacie ne suffit pas pour délivrer des médicaments. »

L’USPO passe également à l’action par le biais d’une pétition à signer sur son site Internet et d’une affiche à installer en vitrine. Son message : « Votre pharmacien, c’est beaucoup plus qu’un diplôme en blouse blanche ! » Il ne s’agit pas seulement de défendre la pharmacie face aux assauts de la grande distribution, car les attaques sont multiples : déremboursements, baisses de prix, pression sur le monopole, vente sur Internet, suppression de la vignette… « À force de prendre des mesures contre le réseau officinal, on remet son organisation en question. Nous alertons l’opinion publique sur les risques majeurs de voir ce réseau se déstructurer et ne plus répondre aux attentes des malades. » L’USPO appelle donc à la mobilisation des confrères et des patients.

Il faut rappeler que le groupe PHR a été le premier à dégainer, avec une campagne haute en couleurs. Lancée dans ses 2 200 pharmacies adhérentes, la communication s’intitule « Mensonges » et dément une série d’affirmations, telle qu’« un diplôme est suffisant pour être compétent » : FAUX, ou « vendre les médicaments en grande surface fera baisser leur prix » : FAUX.

Quotipharm.com, le 12/03/2013

Source : lequotidiendupharmacien.fr