Les mousquetaires de l’officine  Abonné

Par
Publié le 19/10/2015
Capital détenu par des pharmaciens, monopole pharmaceutique et régulation du maillage territorial. Ces trois piliers qui protègent l’officine doivent être maintenus, même si le métier doit inéluctablement changer.

Comment notre métier va-t-il évoluer demain ? Allons-nous vers un modèle libéral qui prône l’ouverture du capital, du monopole et la liberté d’installation ? En tout cas, ce n’est pas ce que veulent les pharmaciens, qui défendent bec et ongle les trois grands piliers qui régissent la profession. « Zéro capitaux ! Pas un centime ne doit venir de l’extérieur de la profession !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte