L’Europe, ou le même bateau

Les leçons de la crise grecque  Abonné

Publié le 08/03/2010
Les commentaires sur la gravité la crise financière de la Grèce et sur ce qu’elle signifie pour l’Europe, principalement la zone euro, sont dictés par un pessimisme que justifie l’ampleur de la récession 2008-2009. Cependant, la France et l’Allemagne ont réagi avec calme, en exigeant de la Grèce qu’elle compte d’abord sur elle-même. En refusant de céder à la panique, elles ont envoyé un signal à ceux qui spéculent sur l’euro.
Merkel, Papandréou, Sarkozy : le message sévère de l’Allemagne à la Grèce

Merkel, Papandréou, Sarkozy : le message sévère de l’Allemagne à la Grèce
Crédit photo : AFP

LES GRECS SONT DÉçUS. Ils espéraient une aide massive de l’Union européenne et leur Premier ministre, Georges Papandréou, tout en regrettant ce qu’il considère comme un déni de solidarité, a été contraint de prendre des mesures d’économie draconiennes, en augmentant les impôts et en diminuant de beaucoup les dépenses publiques. Ces mesures ont déjà entraîné des grèves et de multiples protestations dans un pays dont la classe moyenne va subir de plein fouet le plan de redressement financier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte