Monopole officinal

Les groupements, derniers remparts face à la grande distribution ?  Abonné

Publié le 13/02/2014
Si les tests de grossesse peuvent désormais être vendus en grande surface, ce n’est pas le cas des médicaments, malgré l’avis appuyé de l’Autorité de la concurrence. Bien que la ministre de la Santé y soit fermement opposée, les groupements sont persuadés que le médicament sortira un jour ou l’autre de la pharmacie. En attendant, ils renforcent l’accompagnement de leurs adhérents pour qu’ils deviennent des professionnels de santé incontournables et viables.

AU MÊME TITRE que l’Ordre des pharmaciens et les syndicats, les représentants des groupements veulent devenir des interlocuteurs représentant les pharmaciens auprès des pouvoirs publics. Ainsi, l’Union des groupements des pharmaciens d’officine (UDGPO) a-t-elle été reçue par les conseillers de Marisol Touraine il y a trois semaines. « Nous avons été interrogés en tant que groupement et représentant des pharmaciens, comme le CNGPO est régulièrement interrogé aussi », précise Lucien Bennatan, vice-président de l’UDGPO et président du groupe PHR.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte