Un monde déserté par le symbole

Les fleurs du malaise  Abonné

Publié le 29/11/2012
Dans « la Société intégrale », le penseur Cédric Lagandré avait décrit le totalitarisme glaçant de la modernité. On retrouve ce regard dans « la Plaine des asphodèles », qui envisage une autre forme d’enfer. Un monde tellement ajusté à nos besoins qu’il nous coupe de la symbolisation qui nous est nécessaire.

IL Y A PLUSIEURS sortes d’enfers. Ce peut être l’omniprésence du regard de l’autre du « huis clos » sartrien. Dans la mythologie grecque, les âmes damnées subissent mille supplices dans l’Hadès. Mais plus terrible encore est la plaine des asphodèles, banlieue lugubre où elles vont errer sans fin. Pour Cédric Lagandré, une métaphore de ce monde que nous habitons aujourd’hui.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte