Pérégrinations de la loi HADOPI

Les déçus de la démocratie  Abonné

Publié le 18/07/2009
Destinée à lutter contre le piratage des œuvres d’artistes, la loi dite HADOPI sera présentée de nouveau à l’Assemblée nationale le 29 avril prochain. À la surprise générale, elle avait été repoussée en deuxième lecture à l’Assemblée par 21 voix contre 15, le 9 avril dernier. En effet, tirant profit d’une absence des députés de la droite, ceux de la gauche, à peine en plus grand nombre, ont voté contre le texte pour le seul plaisir d’infliger un camouflet au pouvoir.
Jean-François Copé : 
un " loupé »

Jean-François Copé : un " loupé »
Crédit photo : S. TOUBON

LES ÉLUS de gauche avaient alors lancé un cri de joie, mais leur comportement à la fois bon enfant et facétieux, a soulevé les critiques de la presse et de l’opinion, qui se posent des questions sur la façon dont fonctionne l’Assemblée. Le chef de l’UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé, avait reconnu son manque de vigilance, sans toutefois se rouler par terre de désespoir. Il avait juré qu’on ne l’y reprendrait plus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte