Candidats nombreux mais incertains

Les cartes de Sarkozy  Abonné

Publié le 18/04/2011
En dépit de la défaite annoncée de la droite par les sondages, Nicolas Sarkozy garde quelques atouts pour la présidentielle de 2012, moins parce qu’il aurait amélioré son score ou son caractère que parce que la multiplicité des candidats à gauche, à droite et au centre forment un épais brouillard où l’on n’identifie vraiment que le président sortant.

À GAUCHE, la primaire autorise naturellement la manifestation des ambitions, sinon elle n’aurait pas de raison d’être. On ne doit donc ni s’en étonner ni s’en désoler : le processus démocratique, si toutefois il est conduit honnêtement, se chargera de désigner le vainqueur, doté alors d’une forte légitimité. Mais, comme chacun l’a compris, la primaire complique le jeu.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte