Une étude inédite sur la répartition des officines

Les besoins réels de la population sont-ils satisfaits ?  Abonné

Publié le 21/03/2010
Une étude inédite menée par la société de géomarketing EMS montre que la densité des officines peut varier de 40 % selon les départements et de 50 % selon les principales villes de France. Autre constat, l’implantation médicale est nettement marquée par des déséquilibres. Cette étude révèle aussi, clairement et pour la première fois, que les disparités sont encore plus marquées si l’on considère les besoins réels des populations.

LA CARTE de France des pharmacies connaît certes des disparités. Mais dans quelles proportions s’observent-elles ? Quelles sont les villes, quels sont les départements où la densité des officines est importante, voire trop importante, ou au contraire insuffisante ? Une étude inédite de la société de géomarketing EMS (European Marketing Science) permet de répondre à ces questions qui sont au centre des débats sur l’avenir du réseau pharmaceutique. Les experts d’EMS ont considéré le nombre et la répartition des officines, mais aussi des médecins généralistes en 2010.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte