Après l’urgence en Haïti

Les associations restent sur le qui-vive

Publié le 23/07/2010

Dans les premières heures qui suivirent la catastrophe haïtienne, Tulipe envoyait déjà sur place des traitements d’urgence. Un mois après le séisme, l’association créée par le syndicat de l’industrie pharmaceutique, est toujours engagée sur place auprès d’ONG médicales. Elle passera progressivement le relais dès lors que l’état sanitaire du pays sera sorti de l’état d’urgence.

Au total, 92 cantines de Tulipe ont été envoyées en Haïti

Au total, 92 cantines de Tulipe ont été envoyées en Haïti
Crédit photo : Franck Parisot

PAH opère sur place un dernier tri

PAH opère sur place un dernier tri
Crédit photo : dr

LE 12 JANVIER à 22 h 53, la terre tremble à Haïti. Le lendemain, à 8 heures du matin, 36 cantines de l’association Tulipe, soit 36 000 traitements, sont prêtes à partir vers le pays dévasté. À 14 heures, elles sont dans l’avion en partance pour Saint-Domingue, l’aéroport de Port-au-Prince étant saturé. Répondre aux situations sanitaires d’urgence, telle est la vocation de l’association Tulipe, créée en 1982 à l’initiative du président du LEEM de l’époque, Pierre Joly.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)