Vente du Rafale à l’Égypte

Les aléas d’un succès  Abonné

Publié le 16/02/2015
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sera aujourd"hui au Caire où il va signer avec le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi un contrat de vente de 24 Rafale pour la somme de quelque cinq milliards d’euros. C’est la première fois en trente ans que la France parvient à vendre des Rafale à l’étranger. Elle espère maintenant en exporter vers l’Inde et vers le Qatar.

Pourquoi le gouvernement bouderait-il son plaisir ? Quel autre gouvernement ne se féliciterait pas de livrer des Rafale à l’étranger après de nombreuses tentatives qui ont échoué, notamment la vente au Brésil, qui était pratiquement conclue mais n’a pas abouti ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte